Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Fernand Pelez. 1848-1913. Paris. Sans asile. Without asylum.. 1883. Paris Petit Palais (Musée des Beaux de la Ville de Paris) L’école naturaliste-réaliste.
Elève de Cabanel qui était un académique.
The naturalistic-realistic school. Pupil of Cabanel.

1815-1940 L’ART ET LES IDEOLOGIES

Toute la période de l’histoire de l’art européen, de 1815 à 1940, est caractérisée par une pluralité idéologique qui, en politique conduit à des affrontements sanglants, mais qui, dans le domaine des arts, constitue une source d’inspiration favorable à la diversité esthétique, notamment en peinture.
Ce pluralisme idéologique s’aperçoit particulièrement bien au musée du Petit Palais de Paris, et plus particulièrement dans sa première grande salle.
On y voit :
Les peintres académiques ou romantiques occupés du portrait des célébrités de leur temps ou de littérature. (Carolus Duran, Georges Clairin, Louis Boulanger )
Les peintres naturalistes-réalistes représentatifs des idéologies socialistes. Il en est ainsi de Gustave Courbet, Jules Adler, Fernand Pelez.
Les peintres naturaliste-réalistes attachés à la simple représentation de l’environnement campagnard ou citadin de l’Europe (Gustave Courbet, Léon Lhermitte). Ce courant est aussi représenté, dans d’autres salles du musée, par l’école de Barbizon, les peintres animaliers, les impressionnistes et les post-impressionnistes.
Les peintres qui continuent à exprimer en art l’idéologie catholique. Comme William Bouguereau, Léon Bonnat ou Gustave Doré.
Les peintres qui mettent en place l’héritage idéologique de l’Europe de la fin du 18è siècle et de la révolution française : les "Lumières", associées à l’hyper nationalisme caractéristique de la Révolution et de l’Empire français, qui fera tâche d’huile dans toute l’Europe et finira par la mettre à feu et à sang..
Ce courant est bien représenté par le tableau de Jean Jacques Henner "Bara", parfaitement expressif de ces deux tendances alors inséparables : le mythe révolutionnaire et le mythe patriotique : "la patrie en danger". Le mythe patriotique est récupéré par la pensée traditionaliste, comme on le voit avec le tableau de Jean Joseph Weerts, "Pour l’humanité et pour la patrie", qui réussit à associer l’idéologie religieuse, l’idéologie hyper-nationaliste et l’idéologie des Lumières. En art c’est très beau, en politique cela conduira au désastre des deux "guerres mondiales". Ou pour mieux les nommer : les deux guerres mondialisées par les idéologies occidentales.

1815-1940 ART AND IDEOLOGIES

The whole period of the history of European art, from 1815 to 1940, is characterized by an ideological plurality which, in politics, leads to bloody confrontations, but which, in the field of the arts, is a source favorable to esthetic diversity of inspiration, especially in painting.
This ideological pluralism is particularly noticeable in the Petit Palais de Paris museum, and particularly in its first large hall.
We see :
The academic or romantic painters, occupied by portraying the celebrities of their time, or literature. (Carolus Duran, Georges Clairin and Louis Boulanger)
The painters naturalists-realistic, representative of socialist ideologies. This is the case of Gustave Courbet, Jules Adler, Fernand Pelez.
The naturalists-realists painters attached to the simple representation of the rural or urban environment of Europe (Gustave Courbet, Léon Lhermitte). This trend is also represented in other halls of the museum by the Barbizon school, animal painters, the impressionists and post-impressionists.
The painters who continue to express the Catholic ideology in art. Like William Bouguereau, Léon Bonnat or Gustave Doré.
The painters who set up the ideological legacy of Europe at the end of the 18th century and of the French revolution: the "Enlightenment", associated with the hyper nationalism characteristic of the French Revolution and Empire, wich will be spreading throughout Europe and will eventually put it to fire and blood.
This current is well represented by the painting of Jean Jacques Henner "Bara", perfectly expressive of these two trends then inseparable: the revolutionary myth and the patriotic myth: "the fatherland in danger". The patriotic myth is recovered by traditionalist thought, as seen in the painting by Jean Joseph Weerts, "For humanity and for the fatherland", which succeeds in associating religious ideology, hyper-nationalist ideology, and Ideology of the Enlightenment.
In art it is very beautiful, in politics this will lead to the disaster of the two "world wars". Or better to name them: the two wars globalized by Western ideologies.

Posted by jean louis mazieres on 2017-04-01 08:26:45

Tagged: , Peintres , Peintures , Painting , Musée , Museum , Museo , France. , Paris. , Petit Palais , Musée des Beaux Arts de la Ville de Paris , Fernand Pelez

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.